Le décloisonnement du poker en ligne français est en marche !

Le décloisonnement du poker en ligne français

Depuis le mois de juin de l’année 2010, les joueurs français de poker en ligne peuvent s’adonner à leur loisir en toute légalité. En effet, la France a ouvert à cette date le marché du poker online, qui est encore aujourd’hui le seul jeu d’argent en ligne autorisé avec les paris sportifs. Cette ouverture de marché s’accompagne de plusieurs restrictions, dont celle qui interdit formellement de jouer sur un site qui n’est pas agrée par l’Arjel. Cette interdiction contraint donc les joueurs à rester entre français, ayant provoqué au fil des années un ralentissement en terme de visite des sites et des cashprize. Mais un accord conclu en juillet 2017 entre la France, l’Espagne, le Portugal et l’Italie va permettre de faire sauter cette limite.

 

Pokerstar ouvre des tables accessibles aux Français et aux Espagnols

Le premier acteur a bénéficié de cette ouverture partielle du marché est le site de paris et de poker en ligne Pokerstar. En effet, depuis le 16 janvier dernier, le leader mondial propose à ses clients de s’asseoir à ses tables virtuelles où joueurs espagnols, portugais et français peuvent s’affronter en toute légalité. Cela peut paraître anecdotique, mais cette avancée récompense la lutte acharnée que mènent les passionnées du poker en ligne qui souhaite un décloisonnement complet du marché français.

Grâce à cette passerelle entre la France, le Portugal et l’Espagne, l’opérateur mondial espère rattraper son retard en terme d’utilisateur face à son principal concurrent : Winamax. Car c’est bien ce dernier qui mène la danse sur le territoire français et qui compte ouvrir aussi très prochainement ses tables aux Espagnols. Mais de façon plus générale, cette ouverture est vu comme une aubaine par toute l’industrie qui espère que l’activité, qui ne cesse de diminuer jour après jour, va reprendre de plus belle. À l’heure où ces lignes sont écrites, il est encore un peu trop tôt pour pouvoir jauger l’impact de ce changement. De plus, tous les pays signataires de l’accord n’avancent pas au même rythme en ce qui concerne les formalités administratives, retardant l’ouverture des salles virtuelles et les possibles observations sur la relance de ce secteur.

 

L’Italie et les autres acteurs du poker en ligne à la traîne

Si Pokerstar peut se targuer de réunir Français, Portugais et Espagnol au sein des mêmes tables de poker en ligne, ces concurrents ne peuvent pas en dire autant. L’expertise du leader mondial en ce qui concerne les marchés régulés lui a permis de doubler tous les autres sites qui, eux, subissent de plein fouet les lenteurs des administrations des différents pays. Mais il manque un pays au tableau de chasse de Pokerstar : l’Italie. Si ce dernier a bien signé l’accord en 2017, aucune nouvelle concernant la délivrance de licence adéquate n’est à signaler. La raison serait due à une série de retard administratif qui n’a pas permis au pays d’ouvrir son marché en même temps que les autres. Car si il était prévu au départ que les 4 Etats avancent ensemble sur ces dossiers administratifs, le retard de l’Italie était tel que ses partenaires ne l’ont pas attendu pour faire une ouverture groupée.

Reste aux concurrents de Pokerstar et Bwin en France d’obtenir à leur tour les autorisations nécessaires pour pouvoir convier les joueurs des 3 autres pays à leurs tables de poker online. Winamax a déjà annoncé que tout était presque prêt pour accueillir les Espagnols très prochainement. Les opérateurs Betclic et Unibet ont eux obtenus il y a quelques mois l’avale de l’Arjel et sont actuellement en train de régler les derniers détails administratifs avec les autorités espagnoles. 


LeCasinoFrancais.com